« Face au Coronavirus, l’Europe sa priorité n’est pas l’Afrique »

L’appel de l’OMS, Solidarité d’Afrique envers l’Europe, situation de Covid-19 au Gabon, les attentes du continent africain de l’Europe….

Entretien avec Paul Francis Nathanaël TONYE, Juriste-Conseil expert en droit des ressources naturelles, audit et rédaction des contrats spéciaux et contrats d’Etat (Droit des Mines, Gaz & Oïl )

Africains réveillez-vous, c’est la sonnette d’alarma tirée par l’OMS aux responsables africains ?

D’après l’OMS, les coronavirus forment une famille comptant un grand nombre de virus qui peuvent provoquer des maladies très diverses chez l’homme, allant du rhume banal au SRAS, et qui causent également un certain nombre de maladies chez l’animal. À ce jour, à cause de cette tragédie humaine qualifiée « d’urgence de santé publique de portée internationale » par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) le 30 janvier 2020, se profile bien de chardons sanitaires, économiques et d’approvisionnement dans le monde. Selon plusieurs sources, la cadence des contaminés au 27 mars 2020, qui ont été repérés en chine, a dépassé 530.000 cas confinés alors que plus de 24.000 personnes sont mortes dans 175 pays et le nombre va grandissant, alors que 122.672 autres ont guéri.

Est-ce que l’Afrique est solidaire avec l’Europe ?

Cependant, l’Italie, membre de l’Union européenne semble être ignoré et abandonnée par ses pairs Européens face à cette infection planétaire où elle est la plus touchée en Europe, obligeant la Russie, la Chine et le Cuba à se rendre au chevet du grand malade qui l’eût cru ! Alors même que par définition, ‘’ L’union européenne est une association volontaire interétatique de pays européens dans les domaines économique et politique ayant pour but de garantir la paix en Europe et d’assurer le progrès économique et social. Prenant la place de la Communauté économique européenne (CEE), elle a été créée le 1er novembre 1993 à l’entrée en vigueur du Traité de Maastricht’’ Cette lâcheté européenne devrait parler aux pays africains à travers les CER de l’Union Africaine qui sont : L’Union du Maghreb arabe (UMA), La Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), La Communauté d’Afrique de l’Est (CAE), L’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), La Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), Le Marché commun de l’Afrique de l’Est et de l’Afrique australe (COMESA), La Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) et La Communauté des États sahélo-sahariens (CEN-SAD) Pendant que chaque État balbutie de son côté.

Je reformule ma question. Où est passé la solidarité africaine légendaire, ferment de notre identité ?

L’Afrique, quand elle n’est pas attentiste, imite l’aveuglement de l’Europe qui vient de montrer aux yeux du monde qu’elle n’est pas solidaire. À notre humble avis, l’Afrique à travers ses CER doit créer un plan d’urgence pour lutter contre cette pandémie qu’est le CORONA. Alors que l’Afrique est de plus en plus atteinte par le coronavirus. Et selon l’OMS, ce continent doit “se préparer au pire” ce d’autant plus que, Jours après jours, le COVID-19, fait une percée spectaculaire en Afrique. La pandémie s’accélère et impérativement, l’OMS appelle l’Afrique à ‘’ se réveiller’’. En urgence, nous suggérons à l’ U.A et à ses C.E.R, la conjugaison des efforts de tous pour une mise en commun des recherches et solutions de nos meilleurs chercheurs et médecins spécialistes qui sont là et prêts à vouloir mettre leurs compétences au service du continent pour une politique commune de lutte contre le COVID- 19. Maître Mary Concilia Anchang, présidente de ‘’ the African Chamber of trade & Commerce’’ va plus loin. Selon elle, il y’a une forte exclusion des experts compétents dans le Task force de liaison qui rassureraient un avancement plus efficace au niveau des résultats des recherches multiformes et de leurs accords. Le problème sanitaire ne doit pas être isolé mais au contraire, il doit aller avec la capacité des autres domaines d’activités stratégiques de nos Etats. Maitre Mary Concilia Anchang préconise le positionnement de l’Afrique dans la chaine de valeur mondiale pour une facilitation des échanges des produits intermédiaires et de services. Elle pense en outre qu’un écosystème avec des infrastructures adéquates pour des résultats optimaux est necessaire.

Pour vous, l’épidémie de Coronavirus est-elle hors de contrôle au Gabon ? Si oui, quelles sont les solutions proposez-vous pour éviter le pire ?

D’emblée, on ne saurait le dire, compte tenu de l’ardeur du Président de la République S.E Ali BONGO ONDIMBA, qui a su mettre la jeunesse au cœur de la lutte contre cette pandémie en ce que, le Coordinateur Général des Affaires Présidentielles s’y attèle fort bien aidé en cela, par une dynamique équipe du Mouvement Ali BONGO ONDIMBA pour le Développement du Gabon (MABODG). Comparativement à d’autres Etats de la sous-région CEMAC, le Gabon a donné un signal fort à l’entame de cette pandémie, en dehors des mesures barrières, par la mise en œuvre d’une caravane nationale consacrée à la distribution des kits alimentaires, des bons d’achats aux familles économiquement faibles et la prise en charges des loyers des petits propriétaires.

Qu’attend-t-il réellement le continent africain de l’Europe, car ce dernier compte ses morts en milliers ?
L’Europe compte ses morts et sa priorité n’est pas l’Afrique ! Dirigeants Africains, prenez le destin de notre continent en main, car l’heure et grave. Concrètement, qu’est-ce qu’il y a lieu de faire ? Dans un premier temps, l’Union Africaine doit mettre en place un comité scientifique regroupant en son sein, les meilleurs spécialistes en épidémiologie, maladies infectieuses, maladies tropicales et partant, des microbiologistes. Ce comité scientifique doit être chapeauté, par un imminent médecin africain spécialiste ayant fait ses preuves, dont le but sera en plus de conseiller l’exécutif de l’.U.A, mais de faire la publicité des choix et de l’administration de la situation sanitaire dans l’ensemble des États. Les C.E.R singulièrement quant à elles, doivent mettre en place une commission régionale de concertation d’urgence composée des Ministres de la Santé. Chaque commission régionale élaborera la mise en œuvre du suivi et à l’évaluation des directives du comité scientifique et développera des réseaux de santé et aux modalités de coopération entre les établissements de santé (publics, privés). Puis l’organisation des actions conjointes des formations urgentes, destinées à la lutte contre le COVID-19. En le faisant, l’Afrique sauvera ses populations de cette pandémie ravageuse.

A lire aussi...

Union Africaine : Les chantiers qui attendent le Président égyptien Abdel Fattah Al-Sissi

 La présidence en exercice de l’Union africaine (UA) a changé de main le dimanche, 10 février 2019, à Addis Abeba. Le Rwandais, Paul Kagame, a passé le témoin à son homologue de l’Egypte, Abdel Fattah al-Sissi, pour un an. Le nouveau président aura une année particulièrement chargée. Après une présidence, extrêmement, active de Paul Kagame placée sous le sceau des réformes, on aurait pu penser pour son successeur à une action axée sur la sécurité, le maintien de la paix, et la reconstruction post-conflit. Le dossier libyen où se divise l’Afrique et au sein duquel l’Egypte, principal soutien du maréchal, […]

Comprendre le retour du Maroc au sein de l’UA

Inéluctablement, les centaines d’accords commerciaux conclus entre le Maroc et les pays africains montrent que le Maroc a entamé un processus d’intégration régionale. Pour l’achever, il veut accéder à un marché africain pour valoriser ses avantages compétitifs sous-exploités en Afrique comme l’agriculture, les produits chimiques ou le textile. Par ses multinationales comme La Royal Air Maroc pour le transport aérien ou Attjariwafa Bank pour les services bancaires, le Maroc a été classé en 2015 comme le deuxième investisseur africain. Pourtant, la valeur totale des échanges extérieurs du Maroc avec l’Afrique reste faible : 6,4%. L’Afrique étant le continent de toutes […]

Opportunités d’investissements à Malage en Espagne

Obtenez pour votre entreprise un Bureau de représentation à MALAGA (Espagne), grâce à Maley Abogados, en partenariat avec le Cabinet Conseil Alvic Investing Consultuing, qui a pour ambition d’accompagner et de soutenir le développement en Afrique subsaharienne francophone. L’importance des besoins du continent et le rythme des affaires ont rendue naturelle la collaboration des différentes professions concernées par l’investissement, à savoir, consultants, juristes d’entreprises, avocats, huissiers de justice, fiscalistes, experts comptables, etc. Qu’est-ce qu’un bureau de représentation ? Il s’agit d’un établissement fixe, d’une implantation directe établie par une société étrangère (ne résidant pas sur le territoire espagnol) afin de […]